Attendue avec impatience par de nombreux détenteurs de smartphones, l’arrivée de la 5G suscite des débats houleux au sein du gouvernement, des représentants de communes, mais aussi des personnes soucieuses de l’environnement. La raison ? L’impact possible de la 5G sur l’empreinte carbone du numérique.

Pros et antis 5G : Pourquoi la 5G fait l’enjeu de tels débats ?

C’est un fait, la 5ème Génération (5G) pour les téléphones mobiles va être activée. Pourtant, des débats fleurissent un peu partout en France entre les personnes qui ne voient que des avantages à ce progrès technologique et ceux qui s’y opposent. Même si la 5G existe déjà dans de nombreux pays, cela ne suffit pas à convaincre ses opposants qui s’inquiètent de l’incidence que vont avoir ces ondes électromagnétiques, tant sur la santé que sur la planète.

Cela ne serait rien en comparaison de ce que permettrait ce progrès, clament ses partisans, avides de pouvoir compter sur un débit 100 fois plus rapide, comme cela est expliqué sur cambodgepost.com.

Alors qu’un moratoire avait été demandé par certains scientifiques et médecins, pour qu’un réel débat ait lieu sur ce déploiement, le Président lui-même semble déterminé à la mettre en place.

Les professionnels de santé craignent en effets les effets des ondes, même si plusieurs études menées par des organismes de santé tendent à prouver qu’elles ne représenteraient pas plus de danger que celles utilisées actuellement.

Pourtant, même en l’absence de données probantes à ce sujet, 68 élus se disent en faveur d’un non-déploiement de la 5G, ou en tout cas souhaiteraient un vote.

Parmi eux, certains en refusent même l’installation d’antennes relais dans leur ville, eu égard à la santé des citoyens, mais aussi relativement à l’impact sur l’environnement. Concrètement, comment cela peut-il se manifester ?

5G : ce qui cela peut donner sur l’environnement :

Dans un premier temps, il faut comprendre que l’apparition de la 5G suppose la destruction de milliards de smartphones qui ne seraient pas compatibles.

Des études prouvent qu’en moyenne, un possesseur de smartphone va en changer tous les deux ans, sans raison autre que celle de posséder le nouvel appareil à la mode. Il est évident que l’arrivée de la 5G va faire encore monter l’effervescence et les appareils 4G ne sont presque pas recyclés (seulement à hauteur de 10%).

Cela suppose donc, en toute logique, la fabrication de nouveaux appareils. Le poids des déchets augmenterait, avec la destruction des anciens appareils, assortie de l’épuisement des ressources non renouvelables due à l’extraction des minerais pour la fabrication des nouveaux smartphones. Un cercle vicieux pour l’environnement.

Or, 81% des impacts environnementaux en France sont déjà dus au numérique dans son ensemble, dont font partie les smartphones.

Qu’en sera-t-il avec ces nouveaux appareils qu’il faut mettre sur le marché pour répondre aux envies des consommateurs ? Cela ne passe pas non plus sans la  multiplication des antennes relais.

Tous ces gestes vont-ils avoir une incidence notable sur l’environnement ? Selon certains, c’est une certitude. Le numérique a déjà une empreinte carbone indélébile et la 5G viendrait encore la creuser.

Avec un débit 10 fois supérieur, la consommation énergétique va être nettement supérieure à ce qu’elle est aujourd’hui. Cela va donner des ailes aux consommateurs qui vont consommer plus de data ; ce qui constitue un autre sujet d’inquiétude…